My Wife is a Beautiful CEO : Chapitre 19

Yoo, petit chapitre de CEO, bonne lecture.

Trad : Shiki

Chapitre 19 : Une cible comme une balle

 

Après les douze coups de minuit, seul la pleine lune pendait dans le ciel, mais à ce moment-là la lune semblait écarlate.

Dans une rue calme de la région ouest, une silhouette épuisée s’enfuyait à perdre l’haleine d’une ruelle, elle portait des habits en cuir au corps qui décrivait parfaitement ses formes, on pouvait apercevoir plusieurs coupures au niveau de ses bras, avec du sang rouge sombre en découlant.

Elle tenait ferment un poignard dans sa main, ce qui semblait sinistre était toutefois flagrant sous le clair de lune, le sang sur la lame était la preuve qu’elle avait récemment poignardé quelqu’un.

« Mademoiselle, il n’y a pas plus besoin de fuir… » Une voix puissante sortit de l’entrepôt en face de la femme. »

Au même moment, elle s’arrêta et regarda avec méfiance les nombreuses ombres qui sortaient, ils étaient au moins dix.

L’homme de devant avait un bandage à la tête, il avait aussi le visage dur. Il portait un long manteau noir et jouait avec un Glock 37, bloquant le passage sans se presser.

« Mademoiselle, vos capacités sont terrifiantes en effet, jamais manqué une balle, tué une trentaine de nos frères tout seul, et pouvoir encore fuir jusqu’ici… » Dit-il calmement avec émotions. « Cependant, mademoiselle, l’embuscade qu’on a spécialement mis en place pour vous, a longuement anticipé cela, alors nous avons attendu que vous épuisé toutes vos balles, et maintenant nous voilà. « 

« Ours Noir, je t’ai bien traité dans le passé, pourquoi dois-tu comploter avec mon père pour aller contre moi ? » Elle haleta, après avoir tué des dizaines d’ennemis consécutivement, ses subordonnés étaient soit blessés, soit morts, quant à elle, elle était complètement épuisée.

L’homme était appelé Ours Noir rit à haute voix, « Mademoiselle, peu importe les disputes qui se sont passées entre vous et le Boss. Ma vie, celle d’Ours Noir a été donné par le Boss, fatalement je suivrais loyalement les ordres de Maître Gang. Mademoiselle a été gentille avec moi dans le passé, mais à partir du moment où vous avez quitté la West Union Society pour établir la Red Thorns Society, vous est devenue l’ennemie du Boss. En conclusion, vous êtes naturellement mon ennemie, et il n’y plus de place pour de l’affection. »

 « Mon père est autocratique, et fait des affaires dépourvues de conscience, même les gangsters ont honte de lui. De plus il vous traite comme des moins que rien, pour lui, vous n’êtes que des chiens qu’il élève, donc beaucoup d’aînés et frères sont d’accord pour me rejoindre, pourquoi êtes-vous si persistant et têtu ? » La femme sait qu’elle n’était plus en mesure de faire face aux coups de feu de plus de dix personnes et qu’il ne lui restait que de tenter de les persuader.

 Ours Noir secoua la tête, le visage aussi froid qu’avant, « Mademoiselle, avant que je ne vous tue, je vais vous dire quelque chose… —— une triade peut être inhumaine, mais doit toujours être fidèle… »

 Au moment où ces mots ont été prononcés, il tendit un doigt en avant, les hommes derrière lui levèrent leurs armes à feu, leurs canons pointant la femme dix mètres plus loin.

 Dans ce moment de vie et de mort, quand tous les fusils étaient prêts à faire feu, une voix masculine magnétique semblable à un fantôme fit irruption dans les oreilles de tous ceux présents…

 « Hey les gars, vous m’empêchiez de regarder la lune, ça passe encore, mais vous n’avez quand même l’intention sur une fille en étant autant, si ? Quand il s’agit d’hommes tirant sur des femmes, autres que l’arme ci-dessous, vous n’êtes pas censé en utiliser d’autres, regardez ! Elle est si belle… » Dit l’homme, la voix pleine de regret.

 « T’es qui toi ? » Ours Noir balaya du regard la zone, toutefois il ne trouva personne.

 La femme qui attendait sa mort élargit soudainement ses yeux, observant en l’air avec incrédulité !

Une silhouette tomba du ciel comme un fantôme devant des douzaines d’hommes armés, comme un vampire dans les mythes européens, dans le clair de lune enchanteur, ouvrant tranquillement leurs énormes ailes de chauve-souris noires et étendant leurs griffes acérées.

 C’était un jeune homme avec un visage qui semblait un peu paresseux, un peu enjoué, un peu curieux, mais surtout, du mépris.

 Ours Noir n’aimait pas ce type de regard, mais il avait peur, « Qu’est-ce que t’es ? »

 Le jeune homme ne répondit pas, à la place il tourna sa tête vers la femme, « Si je m’occupe d’eux, tu peux me promettre une chose ? »

 « Je le peux, peu importe ce que c’est… » Le visage pâle de la femme dû à la perte de sang devint un peu rouge à cet instant, elle pouvait imaginer ce qu’un homme voudrait après avoir sauvé une femme, y compris sacrifier son propre corps, mais en ce moment elle n’avait aucun autre choix. Même si elle ne comprenait pas pourquoi elle croyait pouvoir être sauvée par cet étrange homme non armé contre une dizaine d’hommes armés !

 « Peu importe qui tu es, tu dois crever… » Ours Noir était en colère, il détestait être ignoré, et fut le premier à pointer son arme sur cet inconnu.

 « Baam ! »

 En même temps que le coup de feu, l’homme disparu. Quand il réapparut, une de ses mains de l’homme est en train d’agripper à la tête d’Ours Noir, et la tordit légèrement…

 « Ka…. Ka ! »

 Ce dernier tomba à terre, les deux yeux toujours ouverts, pleins d’incrédulité et d’insatisfaction… Il n’avait pas eu le temps de réagir, sa nuque avait déjà été brisée !

 Tous les autres hommes en noirs armés étaient effrayés, dans la société il y avait beaucoup de personnes compétentes, Ours Noir, qui venait du monde de la boxe clandestine, avait été mystérieusement tué alors qu’il appuyait sur la détente.

 « Comme l’a dit ce stupide ours tout à l’heure, c’est vrai… Je vais vous dire une phrase, un truc comme une balle, c’est uniquement utile contre les faibles… »

 Au moment où il finit de parler, il se transforma à nouveau en fumée, chargeant les hommes dans le noir. À chaque fois qu’il s’approchait d’un, il le frappait ! Sa main pouvait donner une gifle au visage, pincer le coup, ou même donner un coup de poing à la poitrine tant qu’un était touché, celui-ci tombait au sol.

 La femme regardant la scène de tout près luttait pour comprendre ce qui était en train de se passer, en regardant les blessures de ces voyous, elle vu qu’ils étaient tous morts de façon inattendue par des morts inhumaines, soit par des têtes écrasées, des cous cassés ou des poitrines brisées !

 Si au moment de l’arrivée de cet homme la femme imaginait cet homme devant elle comme un héros sauvant une belle fille, alors à ce moment, cet homme devant elle était le dieu de la mort !

 C’est vrai, elle avait été sauvée par un homme semblable au dieu de la mort, et elle avait même accepté de faire tout ce qu’il lui demanderait !

 En fait, ce moment, cette femme pensait, même si elle n’avait pas été pas d’accord au début, elle sentait quand même qu’elle n’aurait pas pu pas résister contre lui, un humain pouvait dire « non » à un humain, mais ne pouvait rien de de semblable à « non » à un Dieu !

 Après avoir terminé cette bataille sans aucun suspense, le jeune homme tapa dans ses mains et se dirigea lentement vers la jeune femme, sous le clair de lune, il sourit, comme s’il ne ressentait rien du massacre qu’il venait juste faire, « Mon nom est Yang Chen, quel est votre joli nom ? »

 « Rose… » Dit-elle la tête ailleurs.

 « Rose… joli nom. » Yang Chen rit, se grattant la tête avec une expression embarrassée, « Hmm… Mademoiselle Rose, je vais faire connaitre ma requête… »

 « S’il vous plait… faites-le, je vous prie… » Rose baissa la tête, se préparant à se faire tuer, le cœur battant involontairement plus vite.

 « Mademoiselle Rose, j’espère… que vous ne parlerez à personne de ce qui s’est passé aujourd’hui, je ne veux pas avoir de problème avec un gang, je vous en supplie… »

 ‘… Il me supplie ?’ Pensa-t-elle

Rose leva la tête en état de choc, à cet instant, comme si le monde se figeait. Il ne restait plus que l’homme en face d’elle le sourire maladroit, avec une trace d’honnêteté et de chaleur…

 

Chapitre précédent – Index – Chapitre suivant

Publicités

Une réflexion sur “My Wife is a Beautiful CEO : Chapitre 19

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s